“Toi d’Europe” remporte le concours de courts-métrages

Court-métrages

Utilise ta voix ! Ne soyez pas spectateurs ! Je vote, moi ! What if ? ... Autant de slogans qui résonnent ce soir-là dans le bar où la Fondation Heinrich Böll et l'association EuropaNova a réuni les lauréats du concours européen de court-métrage. Lancée dans le contexte des élections européennes, cette compétition a pour objectif de donner la parole aux jeunes européens et de les encourager à faire de l'Europe un enjeu pour leur génération. Ouvert à tous les jeunes européens, quelle que soit leur expérience, il vise à récompenser les meilleurs court-métrages -deux minutes maximum- sur le thème : "Pourquoi je vote pour l'Europe de demain ?"

Une dizaine de groupes ont répondu à l'appel. Ils viennent d'Allemagne, de France ou d'Italie et sont étudiants en sciences-politiques, en histoire ou en cinéma. Témoignages poignants sur les nouveaux européens, peintures de la diversité européenne, anticipations d'un futur sombre, visions surréalistes… La diversité des profils et des approches est étonnante mais chaque film véhicule, à sa manière, un message fort.

Pour cette remise des prix, plusieurs réalisateurs en herbe ont fait spécialement le déplacement à Paris. C’est le cas, par exemple, de ces trois étudiants en cinéma à Munich, qui nous confient être là "un peu par hasard". Leur film - sorte de dystopie comique où le héros découvre brutalement que les euros ont été remplacés par des bananes - était déjà tourné avant qu’ils n’apprennent l’existence du  concours. "Ces élections étaient pour nous l’occasion de mener sur un mode comique une réflexion sur la façon dont le vote peut avoir un impact immédiat sur notre quotidien" nous explique, hilare, Christoph Degenhart, l’un des jeunes réalisateurs. Il y a aussi Martha Freitag et Anna Comacchio, respectivement allemande et italienne, qui ont tourné leur film “Renaissance” pour l’occasion. Etudiantes en sciences politiques à l'université de Leipzig, elles se sont inspirées de l’histoire d’une amie syrienne récemment installée en Allemagne pour penser une identité européenne ouverte et inclusive. Quant à Jonas Limam, venu tout droit venu du campus nancéien de Sciences-Po, c’est en jouant avec la question What if ?, qu’il a construit un court-métrage destiné à représenter les différentes opinions présentes en Europe : de la liberté de mouvement au contrôle des frontières nationales en passant par la protection des droits d’auteurs.

C’est l’heure des délibérations. Le jury prend son temps, l'occasion pour les concurrents de faire connaissance. Passant d’une langue à une autre, entre anglais, allemand et français, les candidats discutent à bâton rompus, un verre à la main. Des points communs émergent rapidement : un plurilinguisme joyeux, la participation à des "Model UN", un fort engagement pour l'Europe et un objectif commun : faire voter les gens, et à plus forte raison les jeunes. Les conversations s’arrêtent net dès que le jury entre dans la salle. Un jury de choix, composé de l’auteur-illustrateur français Mathieu Sapin et du réalisateur allemand Claus Räfle - la présence de l’auteur du film “The Invisibles” plonge nos trois étudiants en cinéma dans une grande stupéfaction. A leurs côtés se trouvent également Denis Simonneau, président de Europa Nova, Lena Morozova-Friha, sa déléguée générale, ainsi que Jens Althoff, directeur du bureau français de la fondation Böll. Solennellement, les membres du jury rappellent l’importance de l’engagement des jeunes dans la politique européenne et le caractère hautement symbolique des bons taux de participation, trente ans exactement après la chute du mur de Berlin et la réunification de l’Europe. Enfin vient le moment tant attendu. La troisième place est attribuée à Martha et Anna pour “Renaissance”. Le jury récompense leur message fort et leur réflexion pertinente sur le caractère évolutif de l'identité européenne. Il les félicite tout particulièrement pour avoir su montrer à quel point l’Europe représente encore un paradis pour certains, alors qu'elle est de plus en plus méprisée par d’autres. Vient ensuite le court-métrage conceptuel de l’allemand Frédéric Klamt récompensé pour la simplicité et l’efficacité de son message. Le film montre en gros plan une vingtaine de personnes qui se succèdent en chantant une note différente. Le message est clair : “Use your voice!” La première place ainsi que le prix du public sont remportés par le même court-métrage,“Toi d’Europe”. Il s’agit en réalité de la bande-annonce d’un film réalisé sur deux ans par Sophie Hériaud, journaliste et étudiante en histoire qui a parcouru l’Europe pour rassembler plus d’une centaines de témoignages. A travers ses portraits de jeunes européens, c’est l’avenir de l’Union Européenne qui se dessine dans toute sa complexité. Un projet titanesque, incarnant parfaitement cette “Union dans la diversité”, qui a su enthousiasmer autant le public que le jury.

Place maintenant à la fête. Tout le monde est convié à dîner, puis à poser pour l'incontournable photo de groupe. Le coucher de soleil sur le canal de Pantin offre un cadre idéal pour se dire adieu. Mais l’aventure ne se termine pas ici pour les jeunes metteurs en scène : beaucoup d’entre eux ont décidé de prolonger leur séjour parisien de quelques jours. Pour toujours plus d’Europe !