Alençon : couches lavables à la maternité

Des couches lavables qui sèchent avant la réutilisation

L’Atlas du plastique met en avant les dangers des serviettes hygiéniques jetables et leurs conséquences néfastes sur le corps des femmes. En outre, il nous avertit : les enfants sont plus sensibles à la pollution plastique que les adultes.

Un danger invisible

Les couches jetables utilisées pour les très jeunes enfants, comme les serviettes hygiéniques, sont fabriquées à partir de matières plastiques dangereuses. Dans ce rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) du 23 janvier 2019, on relève dans les couches en plastique jetables la présence de substances chimiques qui présentent des seuils sanitaires dépassés, notamment dans les substances parfumantes.

Dans la maternité d’Alençon, depuis le 4 février 2019, les couches utilisées ne sont plus en plastique jetable : elles sont toutes lavables et réutilisables. La majorité des bébés en France portent des couches à usage unique, or pour chaque bébé environ 4000 couches sont utilisées au cours de ses trois premières années de vie : d’où la vraie pertinence de cette initiative. De plus, ces couches lavables permettent d’éviter les substances dangereuses que contiennent les couches jetables en plastique.

Cette initiative a été rendue possible par la mise en place d’un partenariat avec l’association d'insertion Atelier Tremplin pour la Réinsertion et l’Emploi (ATRE), agréée Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS). Ainsi c’est l’association qui livre cent couches par jour à la maternité et qui se charge ensuite de les nettoyer.

L’association propose à des personnes éloignées de l’emploi de faciliter leur insertion socioprofessionnelle en proposant à la fois un travail et un accompagnement professionnel et social de ces personnes. Ces actions d’utilité sociale sont reconnues institutionnellement par l’obtention de l’agrément Atelier et Chantier d’Insertion. Depuis fin Octobre 2017, ATRE a lancé le service de location et d’entretien des couches lavables. Ce service est proposé à la fois aux particuliers et à des structures collectives. L'association a choisi de travailler avec les couches classiques de la marque HAMAC, fabriquées en France avec des microfibres ou du coton biologique. Avec ce contrat, l’association a pu créer deux emplois supplémentaires.

Ce partenariat coûte environ 770 euros par mois pour la maternité. Mais l'utilisation de couches lavables permet d’éviter de jeter sept tonnes de couches par an, et de plus, grâce au partenariat avec l’association ATRE, il n’y a pas de charge de travail supplémentaire pour les sages-femmes.  Cette initiative est une première en Normandie, et a suscité de l’intérêt d’autres structures et maternités : Maëva Victor, chargée du projet chez Atre, évoque par exemple des prises de contact par des maternités de Nantes ou de Paris. Une idée qui pourrait participer à démocratiser ce concept.

Retrouvez cette vidéo de France 3 Normandie publiée en février 2019 : La maternité d'Alençon passe aux couches lavables et c'est la première en Normandie !